Top 20 des attractions de Boukhara, Ouzbékistan

756
47 786

Boukhara est l'une des plus anciennes villes d'Asie centrale. Son histoire est liée aux Arabes et aux Mongols, qui à diverses époques possédaient ce territoire. L'emplacement de la ville peut être qualifié de stratégique, elle a donc souvent été soumise à des invasions. La route commerciale de la soie traversait la ville, ce qui a contribué au développement et au renforcement des liens. Il y avait peu de criminalité à Boukhara dans le passé, donc presque aucune prison n'a été construite. Un seul zindan a survécu à ce jour - une véritable forteresse.

Les ensembles architecturaux du quartier se sont parfois formés au fil des siècles, mais ils ressemblent à un tout. Chaque dirigeant voulait laisser un héritage, de sorte que de nouvelles mosquées, médersas, minarets et tombeaux sont apparus régulièrement. Certains d'entre eux ont conservé leurs fonctions, tandis que d'autres sont devenus des musées.

Que voir et où aller à Boukhara ?

Les endroits les plus intéressants et les plus beaux pour se promener. Photos et une courte description.

Ensemble architectural Poi-Kalyan

Au XIIe siècle, sous le commandement d'Arslan Khan, la ville fut entièrement reconstruite. Entre autres choses, le souverain a conçu la création du complexe Poi-Kalyan. Le minaret est apparu en même temps, ainsi que la mosquée cathédrale actuelle et la médersa arabe Miri - seulement au XVIe siècle. L'endroit n'a pas été choisi par hasard : dans le passé, il y avait déjà une mosquée ici. Au moment de la création du projet, il n'en restait que des ruines. Le nouveau bâtiment a accueilli environ 12 000 personnes pour la prière simultanée. Selon cet indicateur, il est devenu le deuxième du pays. Le minaret mesure plus de 46 mètres de haut. Il n'a jamais été rénové. La médersa est toujours utilisée conformément à sa destination.

Ensemble architectural Poi-Kalyan

Citadelle de l'arche

Le plus ancien site archéologique de Boukhara. La construction a été réalisée au 10ème siècle, mais les premiers bâtiments survivants à l'intérieur des murs remontent au 17ème siècle. Les légendes attribuent la fondation de la forteresse au héros local Siyavush. Omar Khayyam a également vécu ici pendant un certain temps. La bibliothèque unique n'a pas survécu en raison des guerres régulières et des attaques contre la citadelle. Maintenant, le musée d'architecture et d'art est basé ici.

Citadelle de l

Dômes commerciaux de Boukhara

La route commerciale de la soie passait par Boukhara. Pour cette raison, ils commerçaient volontiers et beaucoup. À l'intersection des routes, des bâtiments en forme de dôme ont été érigés - quelque chose comme des bazars couverts, appelés "courants". Des marchés de différentes directions réunis sous un même toit. Quatre courants sont traditionnellement distingués : Toki Sarrafon, Toki Telpak Furushon, Tim Abdulla Khan, Toki Zargaron. Vous pouvez tout acheter, des bijoux aux vieux livres.

Dômes commerciaux de Boukhara

Mausolée des Samanides

Il est situé sur le site d'un ancien cimetière, vénéré dans le passé. Il a été érigé au IXe siècle dans le style traditionnel sogdien, mais avec l'utilisation de matériaux plus durables. Les caractéristiques extérieures du bâtiment renvoient à la vision des créateurs du monde. À la base se trouve un carré - symbole de la terre, et couronné d'un dôme - la voûte céleste. Trois théologiens sont enterrés dans le mausolée, dont le fondateur de la dynastie samanide.

Mausolée des Samanides

Mausolée de Chashma-Ayub

Le nom est traduit du persan par "la source de Job". Il y a une source près du tombeau. Selon la légende, il est apparu grâce au prophète Job : avec son bâton, il a touché le sol pour donner de l'eau aux habitants. Bien que le mausolée ait été construit au 12ème siècle, il n'y a pas de sépultures de cette période. L'édifice a été reconstruit à de nombreuses reprises, notamment sous Tamerlan. Maintenant à l'intérieur il y a un musée de l'eau et une exposition de tapis.

Mausolée de Chashma-Ayub

Complexe Baha ad-Din

La région était autrefois le centre de l'un des ordres soufis. Les frères s'entendaient bien avec l'Islam officiel et n'avaient aucune inclination à l'isolement. L'enterrement du chef de la confrérie, une mosquée, un khanaka, un minaret et une médersa - tout cela est disponible sur le territoire du complexe. La structure du sakkahana arqué est également curieuse. Selon la légende, si vous étanchez votre soif ici et laissez une offrande, alors tout désir du demandeur sera exaucé.

Complexe Baha ad-Din

Nécropole Chor-Bakr

Il était à l'origine situé dans le village, mais le territoire a ensuite été inclus dans la ville. Les seyids de Dzhuybar sont enterrés ici. L'histoire de leur dynastie remonte à Mahomet lui-même. La nécropole a été créée pour préserver les tombes uniques. Au cours de plusieurs siècles, le quartier s'est peu à peu envahi d'immeubles, et l'entrée s'est faite sous la forme d'un portail original. Les dernières sépultures remontent au début du siècle dernier.

Nécropole Chor-Bakr

Lyabi-maison

Dans la partie centrale de Boukhara se trouve la place Lyabi-Hauz. Autour d'elle se trouve un complexe de bâtiments anciens. Le développement de cette zone a été réalisée dans les siècles XVI-XVII. Kukeldash Madrasah a été le premier à être construit. Il combinait une mosquée, des zones résidentielles et des salles de classe. Et Nodir-Divan-Begi servait initialement de caravansérail, il est donc dépourvu de nombreuses caractéristiques familières à une médersa. Hanaka Divan-Begi est de petite taille, mais il a une finition riche. Une composante à part entière du complexe est une fontaine. Au cours de son histoire, il a réussi à visiter un étang, une retenue d'eau, et aussi, après assèchement, un terrain de sport.

Lyabi-maison

Monument à Khoja Nasreddin

Créé en 1979 par le sculpteur Yakov Shapiro. L'auteur s'est vu confier la tâche de transmettre toutes les composantes de l'image complexe du héros national. Khoja Nasreddin est populaire à l'Est. Il apparaît à la fois comme un homme d'une grande intelligence et un niais. De tout problème, le favori du peuple est en mesure de bénéficier. Bronze Nasreddin était monté sur un âne et donnait une certaine espièglerie à ses traits.

Monument à Khoja Nasreddin

Maison Bolo

Un même ensemble se compose de plusieurs bâtiments à la fois : une mosquée, un hauz et un minaret. Dans le passé, cette mosquée était la principale mosquée de la ville pour les prières du vendredi. Il est divisé en deux parties : hiver et été. Les colonnes jouent un rôle important dans la décoration intérieure. Ils soutiennent non seulement le plafond de l'iwan, mais encadrent également l'entrée. Le minaret n'est apparu qu'au siècle dernier. Et les premiers édifices du registan datent du XVIIIe siècle.

Maison Bolo

Chor-Minor Madrasah

Construit aux frais d'un marchand local au début de l'avant-dernier siècle. Puisque la médersa a 4 tours en forme de minarets, elle tire son nom. Il a également un autre nom - Calife Niyazkul en l'honneur de son fondateur. Les peintures de chaque tour sont uniques. On pense qu'ils font référence aux principales religions du monde. Par la suite, des logements ont été rattachés à la médersa. Leur décoration est de style traditionnel.

Chor-Minor Madrasah

Médersa d'Ulugbek et Abdullaziz Khan

Le complexe s'est formé sur une longue période du XVe au XVIIe siècle. La médersa Ulugbek a été construite plus tôt. Plus de 150 ans après sa fondation, son apparence a changé en raison d'un nouveau revêtement. Maintenant, les locaux ont été donnés au Musée de l'histoire de la restauration des monuments de la ville. Lors de la décoration de la médersa d'Abdullaziz Khan, la peinture jaune a été utilisée pour la première fois. La peinture murale est très diversifiée, ce qui n'est pas typique pour de tels bâtiments.

Médersa d

Médersa de Kosh

Le complexe se compose de deux madrasas, qui se font face. D'où le nom, traduit par "double". La première médersa en l'honneur de Modari Khan a été construite au XVIe siècle, et la seconde, en l'honneur d'Abdullah Khan, quelques décennies plus tard. Ces sites ne sont pas seulement des exemples de l'architecture de leur temps. C'étaient des établissements d'enseignement très populaires. Tout le monde ne pouvait pas arriver ici.

Médersa de Kosh

Complexe Khoja-Zainutdin

Formé au 16ème siècle. Entouré d'un quartier résidentiel. Sur le territoire du complexe, il y a une maison bordée de marbre. Son déversoir est réalisé en forme de tête de dragon. Un autre bâtiment remarquable est le khanaka. Le bâtiment servait de quartier de mosquée. Les murs ont une peinture inhabituelle et étendue. La galerie ouverte est également décorée de toutes sortes d'éléments décoratifs et de motifs. En même temps, ils sont soutenus dans des couleurs apaisantes.

Complexe Khoja-Zainutdin

Mosquée Magoki Attari

Il est situé sur le site d'un ancien sanctuaire. Elle a été créée pour vénérer la lune, c'est pourquoi la mosquée est parfois appelée Moh, ce qui se traduit par "lune". Les locaux de la mosquée sont littéralement entrés dans la clandestinité, mais ont maintenant été restaurés dans leur forme d'origine. Dans les temps anciens, les Juifs pouvaient également effectuer des rituels à Magoki Attari. Pour cette raison, les adeptes du judaïsme de Boukhara avaient un souhait particulier de paix pendant les prières.

Mosquée Magoki Attari

Sitorai Mohi-hosa

Le palais a été construit au début du siècle dernier. Il a servi de résidence de campagne à l'émir de Boukhara. Bien que le complexe ait été caractérisé par un style européen, il y avait à l'intérieur une division en moitiés masculines et féminines. Actuellement, le musée des arts décoratifs et appliqués est situé à l'intérieur. Il fonctionne depuis 1927 et a été sérieusement mis à jour à plusieurs reprises. L'une des expositions les plus populaires est l'intérieur du palais.

Sitorai Mohi-hosa

Maison-Musée de Fayzulla Khodjaev

Faizulla Khodzhaev est un combattant de premier plan pour l'égalité, une personnalité politique et publique. Il a été réprimé et exécuté dans les années 30 du siècle dernier. L'exposition du musée est divisée en 3 parties. Le premier est consacré à la vie de Fayzulla lui-même. Les deux autres sont de nature ethnographique. Ils racontent la vie des riches marchands de cette époque et leur cuisine. Le musée est situé dans la maison où vivait la famille Khodzhaev.

Maison-Musée de Fayzulla Khodjaev

Ensemble Khoja-Gaukushan

La mosquée cathédrale et la médersa forment un seul complexe. Il a été formé vers la fin du 16ème siècle. Le dispositif de triage est typique de cette époque. Mais le minaret se démarque, c'est l'un des plus hauts de la ville. Des taureaux ont été abattus à cet endroit dans le passé. D'où le nom, traduit en conséquence. Avec d'autres objets de la partie historique de la ville, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Ensemble Khoja-Gaukushan

Boukhara zindan

L'une des deux prisons de la ville. La forteresse a été construite au XVIIIe siècle et servait à détenir les débiteurs qui ne se présentaient pas à la prière obligatoire du matin et d'autres contrevenants. La peine d'emprisonnement maximale était de 15 jours, car le tribunal siégeait sur la place deux fois par mois. Puis la punition finale a été donnée. À l'intérieur du zindan se trouvaient des salles de torture et une fosse à scorpions.

Boukhara zindan

Château d'eau de Choukhov

Construit dans les années 20 du siècle dernier. Comme le projet appartenait à Shukhov, la tour porte le nom de l'auteur. Jusqu'en 1975, la tour était activement utilisée dans le cadre du système d'approvisionnement en eau de la ville. En raison de sa dégradation, il est tombé en ruine et a été mis hors service. Plus tard, l'objet a été inclus dans le nombre de monuments historiques. Les autorités ont procédé à la restauration et un restaurant était situé à l'intérieur, mais pas pour longtemps.

Château d